La Chine pénalise plus de 20 entreprises minières

La région de la Mongolie intérieure en Chine est un point névralgique pour les mineurs de bitcoins . L’énergie est bon marché et abondante, donc si vous souhaitez potentiellement faire partie du processus d’extraction de nouvelles pièces, c’est probablement l’endroit où le faire.

La Chine agit rapidement

Cependant, si vous vous présentez pour faire des affaires dans cette région, assurez-vous de ne pas mentir sur votre formulaire de demande et soyez toujours clair sur qui vous êtes et ce que vous cherchez à accomplir. Environ 21 fermes minières – y compris celles d’Ebang, de China Telecom et de Bitmain , le plus grand pool minier de bitcoins de tous les temps – ont été pénalisées pour ne pas être claires sur leur identité et leurs intentions tout en faisant des affaires dans la région de la Mongolie intérieure.

Il semble que ces entreprises aient essayé de se déguiser en entreprises de big data ou en entreprises de cloud computing pour obtenir des avantages énergétiques supplémentaires qui ne seraient autrement pas disponibles pour les sociétés de bitcoin ou de crypto-minage. Cette tactique s’est retournée contre eux depuis, car non seulement ils n’ont pas accès aux coûts d’électricité moins chers pour lesquels la région est connue, mais ils sont maintenant tenus de payer des factures plus élevées s’ils souhaitent poursuivre leurs activités.

Sur papier, les chiffres ne semblent pas beaucoup. Kevin Pan – PDG de Pool In – a expliqué que chacune de ces entreprises peut s’attendre à payer environ 0,015 USD de plus par kilowattheure qu’elle consacre à l’extraction de la crypto-monnaie. Il s’agit d’un nombre relativement petit, sans aucun doute, mais si l’on considère le temps et l’énergie nécessaires pour extraire de nouvelles unités Crypto Trader, ce chiffre va grimper en flèche, et ces entreprises peuvent s’attendre à payer beaucoup plus qu’elles. à l’origine destiné à débourser de l’énergie.

Dans l’état actuel des choses, la Chine est le pays qui a apparemment le plus de puissance et d’énergie nécessaire pour extraire de nouveaux bitcoins et unités de crypto-monnaie, mais de temps en temps, les régulateurs doivent se débarrasser des opérations qui ne font pas ce qu’ils font. Supposé. Cependant, si la Chine cherche à conserver sa position de premier pays minier, des incidents comme ceux-ci peuvent avoir des conséquences.

Par exemple, les coûts des kilowattheures consacrés à l’extraction de crypto dans la région de Mongolie intérieure se situent déjà entre 0,038 et 0,040 USD par jour. Avec ces nouvelles dépenses ajoutées, la plupart des entreprises pénalisées – étant donné qu’elles fonctionnent à une capacité d’environ 10 000 kilowattheures par jour de travail – peuvent s’attendre à payer plus de 3 000 $ à la fin de chaque quart de travail.

Ils finiront par payer beaucoup plus

En fin de compte, il est probable que ces entreprises commencent à chercher d’autres options, ce qui signifie que la Chine pourrait finir par rater les affaires de certaines entreprises assez grandes. Pourtant, Thomas Heller – ancien dirigeant de F2Pool – ne sait pas à quel point l’impact sur l’économie minière chinoise sera dur. Il déclare:

Il existe un certain nombre de grandes exploitations minières alimentées au charbon en Mongolie intérieure, et bien d’autres dans d’autres régions de la Chine comme le Sichuan et le Xinjiang.

Bergmann injiziert 3000 Blöcke in Ethereum Classic

Bergmann injiziert 3000 Blöcke in Ethereum Classic und ordnet die Blockkette neu

Die Ethereum Classic-Blockkette wurde reorganisiert, indem ein einzelner Bergmann etwa 3000 Blöcke in die Blockkette injizierte.
Ursprünglich wurde angenommen, dass der Vorfall durch einen 51-prozentigen Angriff verursacht wurde. Später gaben die Entwickler mit Bitcoin System jedoch an, dass die Reorganisation dadurch hätte erfolgen können, dass der Bergmann während des Abbaus den Internetzugang verlor. Um eine gründliche Analyse durchzuführen, hat Bitfly alle Börsen gebeten, die Auszahlungen und Einzahlungen auf die ETC-Blockkette zu unterbrechen.

Reorganisation des Ethereum Classic-Blocks

Laut einem Bericht von ETC-Entwicklern hat ein Bergmann rund 3000 Blöcke im Block Nummer 10904146 mit einer Abbauzeit von 12 Stunden eingebaut. Die Entwickler sind der Meinung, dass der Bergmann entweder offline arbeitete, oder dass die Schwierigkeiten des Bergmanns höher hätten sein können als die derzeitigen Netzschwierigkeiten, „während sie ehrlich arbeiteten“.

Alle ETC Parity / OpenEthereum-Knoten konnten die Reorganisation von 3000 Blöcken aus der Core – Geth-Kette nicht bewältigen. In der Folge spaltete sich die Blockkette, was das Netzwerk instabil machte. Während die Parity / OpenEthereum-Bergleute auf der ursprünglichen ETC-Kette bergmännisch arbeiteten, setzten die Core-Geth-Knoten den Abbau auf der 3000er-Block-Einschubkette fort.

Ein Angriff auf die ETC-Kette?

Die Entwickler erklärten, dass der Angriff nicht „aktiv böswillig“ erscheint, da keine doppelten Ausgaben beobachtet wurden. Es könnte sein, dass der Bergmann den Zugang zum Internet für eine Weile verlor, was zu einer 12-stündigen Abbauzeit und dem Einfügen von 3000 Blöcken führte.

Es könnte sich bei dem Vorfall jedoch um einen vorsätzlichen Angriff handeln, mit dem die Kette gespalten werden soll. Die Untersuchung des Vorfalls ist laut Bitcoin System im Gange, und es wird erwartet, dass bald weitere Informationen veröffentlicht werden.

Die 3000 Blöcke wurden mit einem Durchschnitt von 0 Transaktionen pro Block abgebaut. Alle Transaktionen, die nicht vermint wurden, werden „während eines Reorg erneut dem Mempool vorgelegt“.